Pour empêcher une possible fermeture des restaurants, noter le nom des clients est-il une bonne idée? L'Allemagne a testé.
octubre 6, 2020

Pour empêcher une possible fermeture des restaurants, noter le nom des clients est-il une bonne idée? L’Allemagne a testé.

Por MARQUETINGDECONTINGUTS

Pour empêcher une possible fermeture des restaurants, noter le nom des clients est-il une bonne idée? L’Allemagne a testé.
Par Grégory Rozières
Matthieu Balu

https://www.huffingtonpost.fr/entry/covid-19-le-cahier-de-rappel-dans-les-restaurants-existe-deja-ailleurs-voici-le-resultat_fr_5f798a0cc5b649e564b3f219

Pour empêcher une possible fermeture des restaurants, noter le nom des clients est-il une bonne idée? L'Allemagne a testé.

Les restaurateurs ont proposé une série de mesures aux autorités pour rester ouverts même en cas de passage en alerte maximale.
SCIENCE – “Éviter le pire”: les principales organisations syndicales de la restauration et de l’hôtellerie ont adressé vendredi un message au ministre de la Santé, Olivier Véran, qui résonne comme un cri d’alarme. Déjà fermés pour cause d’épidémie de coronavirus dans la Métropole d’Aix-Marseille et en Guadeloupe, les restaurants et les bars sont en sursis à Paris et dans sa proche banlieue, mais aussi à Lille, Lyon, Grenoble, Toulouse et Saint-Étienne. Si la fermeture des bars semble acquise et imminente ce dimanche 4 octobre, les restaurateurs espèrent toutefois échapper à la fermeture, grâce à une série de propositions.

Dans une situation déjà très difficile après les mois de confinement et les restrictions, les établissements veulent proposer une alternative à la fermeture pour raison sanitaire. Parmi les solutions évoquées par les organisations syndicales, une limitation plus stricte du nombre de convives autour des tables, la prise de température à l’entrée, mais surtout la création de “cahiers de rappel” où seraient notés les noms de clients.

Cette idée, mise en œuvre correctement, pourrait effectivement corriger un angle mort de la lutte contre le Covid en France. Les bars et les restaurants sont en effet un vrai point aveugle de la cartographie des clusters. Les chiffres officiels du gouvernement en témoignent. La restauration, c’est moins de 10% des foyers épidémiques dans l’Hexagone… un chiffre tout sauf fiable.

Ces cahiers de rappel ont d’ailleurs été mis en place dans des pays qui s’en sortent mieux que nous dans la gestion de leur épidémie, comme l’Allemagne et l’Italie. S’ils semblent avoir une certaine efficacité, les risques et dérives possibles sont nombreux et méritent d’être interrogés.